La vie en perpétuel mouvement : Sarah Bahbah nous parle des NFT, de sa nouvelle collection de néons et de self-estime.

La vie en perpétuel mouvement : Sarah Bahbah nous parle des NFT, de sa nouvelle collection de néons et de self-estime.

L'artiste Sarah Bahbah transforme ses messages en néons dans sa nouvelle collection, en partenariat avec yellowpop.

Les photos de films de Sarah Bahbah capturent les émotions du quotidien. Des situations intenses aux moments ordinaires, son travail associe des sujets humains puissants à des sous-titres provocateurs et parfois insolents. Dans le cadre de sa collaboration avec yellowpop, lancée le 22 Mars 2021, Bahbah donne vie à quelques-unes de ses phrases préférées. La collection est en édition limitée. Chaque néon sera fabriqué en 50 exemplaires. De Bonjour, Bitch à Dreams in Melancholy, la collection yellowpop x Sarah Bahbah exprime parfaitement les différents changements d'humeur que nous pouvons tous avoir. Nous sommes impatients de partager ces œuvres avec vous. Pour fêter le lancement, nous avons interviewé l'artiste afin de vous parler de son processus de création, de la conception d'œuvres d'art à l'ère du numérique et de la nécessité d'aimer tous les aspects de sa personnalité.

Parlez-nous de votre parcours en tant qu'artiste. Quand avez-vous commencé à faire de l'art ? Comment votre pratique a-t-elle évolué au fil du temps ?

J'ai commencé comme photographe dans des festivals et des concerts. Je photographiais des gens en pleine liberté, pleins d'émotions. J'étais fascinée par l'idée de photographier ces personnes qui vivaient des moments d'intimité intense, puis je me suis aperçue qu'il y avait un grand déséquilibre en moi. C'est alors que j'ai commencé à travailler sur mes traumatismes et à méditer sur mon paysage émotionnel. Grâce à cela, j'ai acquis la confiance nécessaire pour exprimer mon véritable art personnel. Ma pratique artistique s'est développée au fur et à mesure que je me sentais plus à l'aise avec ma vulnérabilité, car les deux vont de pair.

Aujourd'hui, Internet et l'art sont inextricablement liés. Le fait d'avoir un public disponible immédiatement a-t-il eu un impact sur votre façon de créer ? Est-ce qu’Internet influence vos sujets ou votre approche de la création artistique ?

La convergence entre le monde de l'art et celui des médias sociaux est assez récente, c'est donc une dynamique que nous essayons encore tous de comprendre. Personnellement, cela n'a aucune influence sur la façon dont je crée, mais cela favorise le format que j'utilise à bien des égards. Grâce aux réseaux sociaux, je peux présenter mon travail au monde entier, en étant seule responsable de sa diffusion. En outre, l'accessibilité des réseaux sociaux est ce qui les rend formidables. Les gens peuvent voir, apprécier et partager l'art d'une manière qui n'a jamais existé auparavant.

Pour les jeunes femmes comme moi, vos commentaires sur l'amour et les rencontres sonnent vraiment juste. Pensez-vous que cela a toujours été aussi difficile, bien que nous disposions maintenant des outils pour communiquer en temps réel ? Ou la culture Internet a-t-elle rendu les choses encore plus confuses ?

Je pense que c'est les deux. Bien qu'il y ait encore beaucoup de progrès à faire, davantage de femmes ont aujourd'hui la sécurité et le soutien nécessaires pour dire leur vérité. La société a changé et Internet a été à la fois une bénédiction et une malédiction. Il nous a certainement aidées à faire entendre notre voix et à écouter celle des autres, mais je ne suis pas convaincue que nous sachions vraiment comment comprendre et maîtriser émotionnellement ce qui se passe "en ligne". C'est une façon assez réduite de décrire la complexité de l'amour et du monde.

Si vous pouviez tout recommencer, seriez-vous une adolescente de 2021 ?

Je n'y ai jamais vraiment pensé, mais je ne pense pas. J'apprécie mon processus d'apprentissage et je suis heureuse dans ma vie.

Si vous aviez un conseil à donner à la jeune fille que vous étiez, quel serait-il ?

D'une certaine manière, mon travail s'adresse à l'adolescente que j'étais. Mon art consiste à dénoncer, mais aussi à me regarder en face et à me protéger. Le conseil que je donnerais à mon jeune moi serait donc de s'aimer. Cela signifie qu'il faut se respecter et s'apprécier, non seulement pour ses côtés positifs, mais aussi pour ses côtés plus déplaisants, se mettre au défi avec sincérité et vulnérabilité et, surtout, AIMER TOUS LES ASPECTS DE SA PERSONNE.

Nous adorons l'énergie de votre série Sex & Takeout qui date d’il y a quelques années. Pensez-vous que la culture issue de la pandémie rend le récit encore plus actuel ?

Vous avez tout à fait raison. On peut parfaitement revisiter Sex & Takeout et l'interpréter à travers le récit de la pandémie de Covid. Je n'aurais jamais pensé que Sex & Takeout reviendrait ainsi sur le devant de la scène, mais je suis heureuse que ce soit le cas et j'espère que cela pourra apporter un peu de réconfort à ceux qui ont été enfermés pendant un an.

Votre art a un caractère cinématographique distinctif. Comment sont nés vos sous-titres et votre cadrage filmique ?

Mon travail est incontestablement inspiré du cinéma. Je suis vraiment attirée par les films étrangers. Cela est notamment dû à la manière dont je les perçois. Bien que la beauté des films étrangers soit difficile d’accès, les sous-titres sont une tentative active de compréhension. À l'époque de mon tumblr, j'étais toujours attirée par les captures d'écran et les extraits de films étrangers. Je me surprenais à interpréter les images sous-titrées avec mes propres récits. C'est alors que l'idée m'est venue de créer une histoire qui ressemblerait à un film, mais qui serait en fait, une photographie. L'association du sous-titre et de l'image fixe m'a permis de personnaliser mon travail tout en conservant des thèmes accessibles et intéressants.

Nous sommes impatients de lancer notre toute nouvelle collection, en collaboration avec vous ! Voulez-vous nous en parler en quelques mots ? Ou bien nous parler de son processus créatif ?

J'ai vraiment aimé explorer le fait d'avoir des sous-titres autonomes en néon ! Trouver de nouvelles façons de pratiquer mon art tout en racontant mon histoire a été une expérience passionnante. Ces néons métamorphosent vraiment l’ambiance d’une pièce et j’aimerais que tout le monde les allume avec l'intention d'incarner ce que les sous-titres expriment.

À part les néons, avez-vous des médias alternatifs que vous aimeriez explorer au travers de votre art ?

Absolument ! L'année dernière, j'ai lancé ma marque de survêtements Lazy Cake. Les sous-titres sont brodés sur les joggings (et les gâteaux). J'écrirai peut-être aussi une série télévisée.

Avez-vous déjà pris le train du NTF (non-fungible token) ? En tant qu'artiste ayant une portée virale, pensez-vous que le concept soit valable ?

Oui ! J'ai hâte de lancer ma première collection. Je pense que ce concept a du mérite tant que la communauté des cryptographes s'intéresse aux collections d'art sérieuses, aux conservateurs et aux amateurs d'art qui achètent des NFT parce qu'ils apprécient l'art, et pas seulement le nom.

Quelle est la prochaine étape pour vous ? Travaillez-vous sur quelque chose de fun ou de palpitant que vous aimeriez partager avec nous ?

Oui, j'ai créé une nouvelle série qui sortira le 1er avril. Et je peux déjà affirmer que c'est ma série préférée à ce jour ! ;)

Back to fear of empty walls